Code corrigé :

10/07/2008

SENEGAL - Le père et la fille victimes d’un accident au même instant dans deux lieux différents !

C’est une histoire un peu bizarre comme il n’en arrive qu’une seule dans la vie, surtout celle de ce père de famille et sa fille victimes tous deux d’un accident de la circulation au même moment !

Ce court trajet menant de l’aéroport Tunis-Carthage jusque chez lui du côté d’El Menzah V, le quinquagénaire, entrepreneur de son état, l’a parcouru plus d’une centaine de fois pour le moins.

Il était par ailleurs l’un de ces conducteurs qui se concentrent consciencieusement et scrupuleusement sur son sujet, autrement dit sur son volant, avec une rare maîtrise.

Or, la fatalité et le destin en ont voulu autrement en ce lundi du début du mois de juillet, marqué en outre par une chaleur torride.

C’est d’ailleurs par la faute d’un chauffeur un peu nerveux que l’accident est survenu, en une fraction de seconde fatale, pour les véhicules essentiellement.

Un coup de frein sec, brusque et non moins subit de ce conducteur nerveux allait en effet causer l’irréparable. Quatre voitures, dont celle de l’entrepreneur, n’ont pu effectivement éviter la collision survenue dans un crissement monstrueux de pneus, suivi par un vacarme assourdissant de tôles !

Heureusement cependant qu’on n’a eu à déplorer aucune blessure grave, les victimes ont été quittes pour quelques contusions sans gravité et une grande frayeur, cela va de soi.

Or, l’entrepreneur n’était toutefois pas au bout de ses peines. Car au même moment où il quittait son siège afin de constater les dégâts, important tout de même, son portable sonnait. Mais constatant qu’il s’agissait du numéro de sa fille, il a ignoré l’appel, ayant bien entendu d’autres chats à fouetter.

Seulement, sa progéniture insistait tellement qu’il a fini, non sans une pointe d’exaspération, par décrocher et apprendre que sa fille aînée venait d’être victime au même instant d’un accident de la circulation à quelque cinq ou six kilomètres de là?

Une coïncidence hilarante en fin de compte qu’on n’en voit qu’exceptionnellement, notamment chez les jumeaux. Ce qui n'était cependant pas le cas dans la présente histoire...

Source: Le Quotidien (Tunisie)

Aucun commentaire: